ecu

La famille BLANCHART-BREDY

ecu

Cette famille appartient à la lignée DELVAL-FAUQUETTE

Arbre généalogique en ligne directe

Charles PRONIER (1639-1692)
Marie Barbe .........
mariés à Douai Notre Dame en 1670


Georges BLANCHART (16..-1703)
Barbe PRONIER (16..-1744)
mariés à Douai en 1670
laboureur à Lewarde

Robert François BLANCHART (1696-1791)
Rose Jeanne DELVAL (1704-1740)
mariés à Lewarde en 1724
laboureur à Loffre

Michel BLANCHART (1731-1820)
Marie Pasque DEVRED (1732-1814)
mariés à Lewarde en 1760
cultivateur à Loffre

Fidèle Joseph BLANCHART (1774-1851)
Catherine DELCOURT (176-1846)
mariés à Flers les Lille en 1801
cultivateur à Loffre

Aimable Désiré BLANCHART (1809-1890)
Florence Philippine VERDIERRE (1816-1891)
mariés à Roucourt en 1844
cultivateur à Loffre

Zénon Achille BLANCHART (1846-1938)
Henriette Augustine CARON (1864-1897)
mariés à Montigny en 1892
cultivateur à Loffre

Désiré François BLANCHART (1897-1982)
Rose Marie BREDY (1900-1989)
mariés à Trévoux en 1920


De cette dernière union sontnés 4 enfants :

  • Paul BLANCHART
  • Armand BLANCHART
  • Gérard BLANCHART
  • Claude BLANCHART

Historique

A ce jour, Charles PRONIER (1639-1692) est le plus ancien des ancêtres connus appartenant à la généalogie de la famille BLANCHART. La branche maîtresse se situe à LOFFRE, dans le département du Nord.

Charles est né le 19 mai 1639, dans la paroisse Notre Dame à DOUAI. 
Il se marie le 2 juillet 1670 avec sa voisine Barbe …(au nom illisible). 
Ils ont 7 enfants, dont l’aînée Marie Barbe (1671-1744) épouse en 1693 à Douai, Georges BLANCHART (1663-1703), laboureur, aux origines inconnues. 

Acte de Mariage

acte mariage original
Acte original
acte transcription
Acte retranscrit

Après leur mariage, Georges et Marie Barbe s’installent durablement dans la paroisse de LEWARDE dont dépend le hameau de LOFFRE

Robert BLANCHART (1696-1791) est le fils aîné de Georges. 
En 1703, il a 7 ans lorsque son père Georges décède, sa mère Marie Barbe PRONIER attend  son cinquième enfant. Que de drames chez ces gens là lorsque le chef de famille est malade ou décède prématurément !
Robert restera le personnage clef de la dynastie des BLANCHART. 
Il est l’ancêtre qui a vécu le plus longtemps : 95 ans, à l’appui des actes officiels de naissance et de décès datés.
Il a connu les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, puis les années terribles du début de la Révolution. 
Il est de toute évidence, le premier de la famille qui s’est implanté à Loffre, d’abord pour son travail, puis par son mariage quand il épouse Rose Jeanne DELVAL (1704-1740), la fille aînée d’un fermier bien établi dans le hameau. 

Il est probable qu’après la succession des parents  DELVAL,  Robert  devient  le  maître  des  lieux.  La  maison  familiale  se  situe  alors au N° 482 de la rue Saint Jean à LOFFRE.
En 1749 , Robert épouse à LALLAING en 2des noces Polixine MARMUSE (1709-1789).
Ils eurent 1 enfant Placide François (1752-1753)

C’est ensuite Michel BLANCHART (1731-1820) seul garçon survivant  d’une famille de 11 enfants qui reprend l’exploitation à 29 ans, lors de son mariage en 1760, avec sa cousine Marie Pasque DEVRED (1732-1814).
En 1790 Michel occupe une position de « notable » dans la commune de Loffre (conseiller municipal).
Durant sa vie, il fait l’acquisition de terrains, participant ainsi au développement de son exploitation et à son enrichissement personnel. 
En 1794 il est censier et marchand de bestiaux, son exploitation comporte cinq chevaux de trait, de quoi laisser un bel héritage au seul fils, Fidèle Joseph, que la nature a bien voulu lui laisser parmi les sept enfants engendrés.

Fidèle Joseph (1774-1851) est le premier des BLANCHART sachant lire et écrire. 
Cultivateur, éleveur de moutons, il reste au demeurant un homme riche qui a préservé le capital reçu en héritage de ses parents, et en plus a apporté un développement significatif à la ferme.

Il a traversé des périodes importantes durant lesquelles certains évènements ont beaucoup contribué à modifier la société : entre 15 et 20 ans, il découvre la Révolution Française et ses drames, l’abolition des privilèges, le fonctionnement intensif de la guillotine, la décapitation du couple royal, Bonaparte et ses guerres meurtrières,… Malgré tout, cet homme reste un personnage difficile à cerner, tant les mystères qui jalonnent sa vie restent nombreux et impénétrables.

Fidèle Joseph épouse le 29 janvier 1801, Catherine DELCOURT (1766-1846) qui lui donnera 3 fils. 
Il entre au conseil municipal de LOFFREen 1818 en remplacement de son père Michel. 
Adjoint au maire en 1831 il sort du conseil en 1848, puis cède son exploitation à son 3e fils Aimable Désiré.

Aimable Désiré BLANCHART (1809-1890) a fait le choix de se prénommer Désiré dans la vie courante, ceci pour des raisons qui le concernent. Pour bien le distinguer, nous l’appellerons Aimable qui est son premier nom de baptême.
Il fait partie de la 5ème génération dans la branche des BLANCHART à vivre de la terre. 
Il n’a jamais imaginé faire autre chose, déjà tout petit son avenir de paysan était programmé.
Il fait un beau mariage avec Florence Philippine VERDIERRE (1816-1891), issue d’une grande famille bourgeoise de cultivateurs à ROUCOURT, réunissant ainsi une dot généreuse à une ferme en bon état de fonctionnement. Très vite, 2 fils font le bonheur du couple.
Florence et Aimable ont marqué de leurs empreintes la vie religieuse dans la paroisse de LOFFRE. 
Durant sa vie, Aimable a bien géré son exploitation en plaçant ses économies dans des achats de terrains.
Il devient ainsi l’un des plus riches propriétaires terriens. 
Durant 39 ans il s’est également investi au conseil municipal de LOFFRE, dont 17 ans comme maire de la commune.
Installé dans une exploitation qui tourne bien, Aimable passe la main à l’âge de 74 ans, en cédant sa ferme à son fils aîné Fidèle Aimable Modeste. Aimable disparaît 6 ans plus tard, sans connaître le tragique destin de son patrimoine qui sortira de la famille en 1908. Faute de descendance, la totalité des biens changent de propriétaire, la ferme BLANCHART n’existe plus.

Pendant ce temps, le second fils Zénon BLANCHART (1846-1938) achète en 1892 la ferme voisine et s’installe cultivateur alors qu’il n’était pas destiné à la profession. 
La même année, Zénon rencontre Henriette CARON (1864-1897) et la prend pour épouse. 
Elle a 28 ans, elle est issue d’une famille de fermiers habitant rue Delcambre à MONTIGNY en OSTREVENT.
Henriette travaille durement dans la ferme de LOFFRE, l’activité ne manque pas.
Ils ont un premier enfant, Florence née en 1894, mais le malheur arrive en juin 1897, juste après la naissance du  petit Désiré.
Henriette décède et laisse deux jeunes enfants sans mère.

 Zénon se remarie avec Juliette DRANSART. 
Cette dernière élève les 2 enfants de Zénon jusqu’en 1904, mais gravement malade, Juliette décède en 1906.
Dans la nuit du 9 au 10 avril 1913 un terrible incendie ravage la totalité de la grange, la paille, les récoltes et une partie du matériel. Les assurances se font tirer l’oreille. C’est la misère! 
Zénon a maintenant 67 ans. 
Les 2 enfants, Florence et Désiré, sont mis au travail.

ferme blanchart

la ferme familiale

La guerre de 1914 arrive très vite. Florence perd très tôt son mari tué à la guerre. 
 Désiré est emmené en déportation par les Allemands à l’âge de 17 ans. 

désire blanchart soldat

Désiré BLANCHART soldat

rapatriement

Certificat délivré lors du rapatriement de Désiré BLANCHART


diplome

Diplôme délivré lors de la remise de la médaille des Prisonniers civils déportés et otages 

médaille
La médaille

carte déporté

Carte de déporté politique

Il reviendra 6 ans plus tard à LOFFRE, en 1920, avec sa jeune épouse Rose BREDY (1900 † 1989).
A 74 ans Zénon décide de partager la propriété en 2 habitations pour ses enfants et remet les bâtiments en état.

Désiré BLANCHART (1897 † 1982) et Rose BREDY (1900 † 1989) sont les premiers de la famille à avoir renoncé à vivre de la culture depuis 7 générations.
Désiré est resté environ 30 ans au conseil municipal, tandis que Rose s’est beaucoup investie dans la vie paroissiale.
Elle a surtout laissé son souvenir auprès des personnes malades ou dans la détresse qui avaient besoin de soutien. 
La maison de Désiré est vendue en 1983, après sa disparition accidentelle. 
Rose quitte LOFFRE pour la maison de retraite. Les 4 enfants se dispersent appelés par leur profession.


C’est ainsi que se termine l’épopée d’une famille, qui durant plus de 300 ans a participé à la vie du village.

rose et désiré blanchart 1945

                                Rose et Désiré BLANCHART en 1945

noces d'or BLANCHART-BREDY

Les noces d'or de Rose et Désiré BLANCHART le 19/04/1970 à Loffre

noces diamant

 Les noces de diamant de Rose et Désiré BLANCHART le 20/04/1980 à Loffre

Paul BLANCHART                  armand blanchart
gérard blanchard
claude blanchart
PaulArmand Gérard         Claude          

ancetres blanchart

Haut de page

Retour à l'accueil du site