ecu

Les Maires de LOFFRE

ecu

Chronologie 


Hubert MANIN


1790-1791
Pierre MIENS


1791 - 1792 


Pierre Michel CARON


1792 - 1816  

Pierre MIENS



1816 - 1817

Pierre Antoine CARON


1818 - 1835

Guislain LEGRAND


1835 - 1848
 
Pierre Joseph CARON
 

1848 - 1870

Aimable Désiré BLANCHART


  1870 - 1887    

Pierre François DEBEVE


1887 - 1888
Charles GRIMBERT grimbert maire Loffre 1888 - 1895

Jules POUTRAIN


1895 - 1904
Philippe POULET  Philippe poulet maire Loffre
1904 - 1919
François FAUQUEUX  Francois Fauquex maire Loffre
1919 - 1929
Alphonse POULET  alphonse poulet maire Loffre
1929 - 1977
Jean-Marie CHŒUR  jean marie choeur maire Loffre 1977 - 1989
Yves BRILLON yves brillon maire Loffre 1989 - 2014


Eric GOUY
Eric GOUY


2014- .....

Charles GRIMBERT de 1888 à 1895

Grimbert

Charles Aimé Joseph GRIMBERT est né à ARRAS le 3 août 1845.

Il entre à l'Institution Saint-Jean de DOUAI à l'âge de 10 ans.Elève modèle, intelligent et studieuxcamarade recherché à cause de ses qualités de communication, grand admirateur de Victor HUGO, il remporte de brillants succès scolaires.

Après le décès de son père  conseiller à la cour , il entreprend des études juridiques et se révèle rapidement un brillant animateur dans la ville de DOUAI en organisant des conférences d'étudiants, durant lesquelles il défend ses tendances politiques au libéraliseme et patriotisme élévés.

Il s'enrôle ensuite durant deux ans , parmi les combattants de la guerre de 1870, et dans son bataillon comme partout ailleurs, il se montre un homme de coeur, compatissant et dévoué.

Dès son retour il s'inscrit comme avocat au barreau de DOUAI et épouse à MASNY Camille Rose FIEVET (1851-1927), fille de M.Achille FIEVET conseiller à la cour d'Appel.

Le couple s'installe dans le château aujourd'hui disparu en face de la gare de MONTIGNY. Ce magnifique mariage d'amour réunissant deux grandes fortunes ne laissera aucune descendance.

Charles GRIMBERT abandonne vite son métier d'avocat pour s'orienter vers des initiatives créatrices.Il organise des conférences littéraires, historiques, scientifiques, sociales.... à  DOUAI, ARRAS, LILLE et même à PARIS à la société bibliographique.Il contribue à fonder le journal La dépêche.De nombreuses oeuvres  de défense sociale et religieuse à DOUAI et dans la région du Nord ont été créées sous son inspiration, d'autres ont reçu son actif concours comme la caisse d'Epargne et les Sociétés de secours Mutuels.

Le 20 mai 1888 il prend la mairie de LOFFRE, la plus petite commune de la région de DOUAI comme pour donner un prétexte à ses actes de générosité.

Avant son arrivée, le poste d'instituteur à LOFFRE était un des plus ingrats et des plus déshérités.A peine arrivé, le titulaire ne songeait qu'à s'en aller au plus vite au grand détriment des enfants qui souffraient de ces changements continuels de maîtres et de méthodes. Grâce à ses dons personnelsn l'habitation de l'instituteur devient une véritable maison décente.les élèves jadis à l'étroit dans une classe unique où l'espace  et le matériel leur étaient mesurés, découvrent rapidement une école accueillante digne de ce nom.

Dès le début de son mandat il favorise l’éducation des enfants en organisant à ses frais des études surveillées aux écoliers et en offrant des cours de coupe et de couture aux jeunes filles. Les élèves, jadis à l’étroit dans une classe unique où l’espace et le matériel leur étaient mesurés, découvrent rapidement une école accueillante.

Il fournit également l’aide médicale gratuite à quelques indigents et apporte des secours particuliers aux vieillards ainsi qu’aux enfants défavorisés.

Avant son élection, la mairie était inexistante, les réunions du conseil municipal et les événements officiels se traitaient à l’école dans la pièce unique servant à l'instruction des enfants.

Sous son impulsion, le conseil municipal adopte le 7 novembre 1887 le projet de construction d’une mairie en urgence. Annexée à la nouvelle école, dans l’alignement du logement de l’instituteur, elle comprend une salle de réception et un dépôt d’archives. La construction estimée à la somme de 1745,56 francs est payée intégralement par un don personnel du maire. 

le 9 juin 1895, le maire de Loffre affaibli par la maladie, prévient les conseillers municipaux des dispositions qu’il prend en faveur de la commune. Monsieur et Madame GRIMBERT font donation de 4 parcelles de terrain, s’engagent à financer l’extension de l’église et la construction de dépendances à usage de sacristie

le 1 er octobre 1895, l'annonce du décès de maître Charles GRIMBERT fait le tour du village qui se trouve aussitôt plongé dans la consternation et le deuil.

Il est inhumé  à MASNY dans le caveau familila au cimetière du contour de l'église. Selon la volonté supr^me du défunt, il n'y a ni fleurs, ni couronnes, ni discours.

A ce jour le seul élément qui rappel le souvenir de cet homme , est le vitrail de droite situé dans le choeur de l'église de LOFFRE sur lequel est écrit : 

"A la mémoire de Monsieur Charles GRIMBERT"

Charles GRIMBERT reste le personnage central qui a grandement participé à l’essor de la commune de LOFFRE grâce à son énergie et à ses bienfaits, durant son seul mandat de maire.


Alphonse POULET de  1929  à  1977

alphonse poulet maire Loffre

En 1932, le premier chantier important se concrétise  par l’implantation d’un réseau électrifié alimentant la plupart des foyers dans le village. Adieu aux lampes à pétrole, qui furent cependant conservées pour faire face aux pannes de réseau.

En 1949, la municipalité s’engage dans la création d’un nouveau cimetière. L’impossibilité d’une extension dans le contour de l’église, nécessite cette nouvelle orientation.

En 1963, démarre par la mise en chantier d’un vaste programme en travaux de voirie et d’installation d’eau potable dans toutes les habitations.Ces aménagements permettent de construire le premier lotissement de 4 maisons dans la rue Saint-Jean.

En 1965, un accroissement de la population se dessine. Il devient urgent de réaliser une extension de l’école pour faire face à l’accueil d’un nombre d’élèves plus important. La solution choisie, est l’implantation d’un bâtiment en matériaux préfabriqués sur un terrain voisin. La construction est légère, sa durée de vie est prévue pour 20 ans. 

En 1971, la construction d’un « local club » est mis en œuvre spécialement pour les jeunes de la commune. 

En 1974, l’éclairage public est un événement important pour tous les loffriens. Les plus défaitistes disent qu’il s’agit de gaspillage.

Alphonse POULET s’est considérablement investi contre la misère durant les périodes difficiles de guerre et d’après guerre. Il s’est orienté vers des actions sociales afin de soutenir les plus démunis. Ces nombreuses actions ponctuelles et non mesurables, sont la marque d’un talent supérieur.

Jean-Marie CHOEUR de  1977 à  1989

Jean Marie Choeur maire Loffre

Au début des années de mandat, il fallut doter le personnel communal de l’outillage nécessaire pour les travaux routiniers (tracteur, échafaudage, poste de soudure, …etc.). Puis faire face à des travaux importants de rénovation et d’aménagement dans les locaux appartenant à la commune : l’école, l’église, le local club, le stade municipal et ses bâtiments annexes, le logement de fonction, la circulation routière et le mobilier urbain.

En 1982, un chantier important est étudié au niveau de l’assainissement. La réalisation se fait  par des travaux gigantesques dans toutes les rues du village.

La création d’une liaison de Loffre à la station d’épuration de Lewarde est mise en chantier pour l’envoi des eaux usées à l’aide d’une station de relevage.Un emplacement est réservé au plan d’occupation des sols pour le futur groupe scolaire.

C’est un projet ambitieux et lourd pour les finances de la commune, mais la construction est rondement menée par le personnel communal.

En 1986, il est procédé à l’inauguration d’une classe maternelle, puis à la construction de deux classes primaires.

En 1988, le nouveau groupe scolaire Henri MATISSE est inaugurée . Une réflexion est engagée sur l’aménagement d’un nouvel espace réservé à la mairie. La réception du public est organisée dans les locaux réservés auparavant au logement de fonction de l’instituteur. Des actions ont été menées en faveur de l’habitat, en particulier pour la création de logements, ce qui a fait augmenter fortement la population du village en l’espace de 10 ans.

Yves BRILLON à partir de 1989

Yves Brillon maire Loffre

De 1991 à 1993 un vaste chantier de ravalement des façades est entrepris concernant l’ensemble des bâtiments communaux. La mairie, l’église et d’autres édifices reprennent un bon coup de jeune, redorant ainsi l’image du village dans son développement. Elle manquait depuis longtemps.

En 1994, une salle polyvalente voit le jour, faisant partie des bâtiments communaux. Elle est destinée aux grands événements rassemblant la population, et à certaines occasions aux festivités associatives. C’est un bâtiment moderne, fonctionnel, répondant à des besoins exprimés dus à l’accroissement de la population.

En 1997, la pratique du sport est maintenant devenu accessible à tous, après l'inauguration du plateau multi-sport. Ces aménagements offrent aux jeunes et aux adultes, la possibilité de se développer et de s’exprimer par leurs performances.

En 1999, la mairie s’étend et prend des couleurs. C’est l’aboutissement de plusieurs années de réflexion au bout desquelles un nouvel ensemble administratif voit le jour. Une mairie à l’allure moderne, bien équipée, en tout cas très fonctionnelle et accueillante, qui n’a rien à envier de ses voisines. Répondant aux nécessités dues au développement de la vie associative dans la commune, il faut donner aux groupes et aux animateurs les moyens de travailler dans les meilleures conditions.

En 2004, le foyer rural ouvre ses portes. Un bâtiment très moderne, à la structure audacieuse, clair et fonctionnel.Durant les années de mandat, de nombreux travaux de rénovation et d’aménagement sont entrepris, certains sont en cours de réalisation :

La charpente et le chauffage de l’église, la salle de jeux de la classe maternelle, la réfection des rues et des trottoirs, l’agrandissement du nouveau cimetière, l’enfouissement du réseau électrique, la création du rond point à l'entrée du village.

En 2007 les constructions d'un préau et d'un local réserve destiné à l'école Henri Matisse sont réalisées. Cette  école est dotée maintenant d' un équipement moderne et complet (cantine scolaire , salle informatique aire de jeux, plateau de sport de plein ).

La même année, une aire de jeux située derrière la salle polyvalente, a été mise à la disposition des familles loffriennes.
Elle a été implantée sur un terrain communal et financée par la Communauté de Communes de Coeur d'Ostrevent.

En 2007-2008 , dans une partie de la rue Saint Jean la reconstruction du réseau de l'assainissement sous la maîtrise de la Communauté de Communes de Coeur d'Ostrevent ,l'enfouissement des lignes téléphoniques et électriques ainsi que la réfection de la route et des trottoirs ont été réalisés.

En 2008 : Réfection de la toiture de l'école maternelle

Haut de page

Retour à l'accueil du site